Mécanique du taux de change avec le Franc CFA et France Pacifique

Mécanique du taux de change avec le Franc CFA et France Pacifique

Le taux de change des monnaies est un sujet profond, car il impacte l’ensemble des pays du monde, parfois d’une manière surprenante. Par exemple, les anciennes colonies françaises du Pacifique et d’Afrique utilisent encore pour certaines le Franc CFA, qui valait autrefois 1 centimes de nos « nouveaux francs », sans oublier le Franc Pacifique. Pour tous ses utilisateurs, c’est le taux de change entre l’euro et le dollar qui par la suite les a impactés. Lire la suite

La monnaie européenne seule à se déprécier

Mais seule la monnaie européenne s’apprécie face au Dollar

Etant donné l’ampleur du déficit extérieur des Etats-Unis, la dépréciation du dollar est inéluctable mais il aurait été souhaitable que le poids de cet ajustement soit équitablement réparti entre les autres devises. Or, seul la monnaie européenne (ou presque) s’apprécie par rapport à la devise américaine. Lire la suite

Les déficits jumeaux américains vous connaissez ?

Les déficits jumeaux américains vous connaissez ?

Le trou dans la balance américaine pourrait expliquer la faiblesse du dollar.

Pourquoi la balance américaine se creuse t-elle ? Les déficits jumeaux !

Si la balance américaine se creuse cela est dû aux déficits public et externe. Ces déficits sont si énormes qu’ils paraissent invraisemblables. En 2003 les USA ont dû emprunter 530 milliards de dollars au reste du monde pour y faire face. Lire la suite

La balance des paiements US s’est creusée en 2002

La balance des paiements US s’est creusée en 2002

La hausse de l’euro correspond au dollar faible, alors que la balance des paiements se creuse.

La balance des paiements américains se creuse, et les USA avaient 3 possibilités pour combler ce déficit :

La balance des paiements américains se creuse et les USA devait alors, pour combler ce déficit, soit diminuer leur déficit public, soit augmenter leur taux d’épargne par une hausse des taux de la FED, soit laisser le dollar se déprécier afin de redresser leur solde commercial. Lire la suite

Meilleure attractivité des titres européens explique un euro fort ?

Meilleure attractivité des titres européens explique un euro fort ?

La commission parla d’une meilleure attractivité des titres européens pour expliquer un dollar bien plus faible que l’euro.

Parmi les hypothèses concernant les causes de cette impressionnante progression de l’euro la commission européenne évoqua, courant 2003, une hausse de l’attractivité des actifs européens. En effet, si les agents économiques avaient considéré les actifs européens plus attractifs que les actifs américains ils auraient détourné leur confiance des U.S.A vers l’Europe et ainsi provoqué la hausse de l’euro. Lire la suite

Président de la BCE : attitude attentiste de Jean Claude Trichet

Président de la BCE : attitude attentiste de Jean Claude Trichet

La banque centrale européenne BCE qui se montre plus attentiste que son homologue américaine FED, est la cause de l’euro plus fort que le dollar ?

La Réserve Fédérale Américaine, la FED est active

Face à la crise financière la banque centrale américaine, la FED (la Réserve Fédérale Américaine), n’est pas restée inactive. Elle a baissé les taux des Fed funds de 6,5% en janvier 2001 à 1,75% en décembre 2001, puis après la rechute de l’activité à 1,25% en novembre 2002. Dans la sphère réelle, la reprise se faisait encore attendre, du moins dans les pays occidentaux. Le 23 juin 2003, la FED abaissait le taux des Fed funds à 1%, le taux le plus bas jamais atteint, et simultanément, elle annonçait qu’il resterait à ce niveau aussi longtemps que nécessaire au redressement de l’activité et qu’elle était prête à utiliser des moyens non conventionnels si besoin pour juguler les risques de déflation. Sur la même période la politique menée par la banque centrale européenne fut nettement moins agressive. Alors que la Fed baissait ses taux de 6,5% à 1% la BCE passait les siens de 4,75% à 2%. Inférieurs de 1,75% début 2001 ils se retrouvaient supérieurs de 1% en 2003. Cela aura eu pour effet de rendre moins profitables les investissements aux USA, orientant le flux de capitaux vers la zone euro et provoquant donc une appréciation de l’euro. On peut donc affirmer que la politique monétaire accommodante engagée par la Fed n’est pas étrangère à la hausse de notre monnaie unique vis-à-vis de la monnaie américaine. Lire la suite